Comment choisir sa danse en couple : standard, latine, swing

Comment choisir sa danse en couple : standard, latine, swing

Danses swing


Le Jive

 Son origine remonte à la dernière Guerre Mondiale, quand les « boys » américains mirent le pied sur le sol de la vieille Angleterre. C'est une danse qui évoque la joie, la liberté.

Suite à la seconde guerre mondiale, le boogie woogie est apparu en Europe grâce aux soldats américains. Les Anglais, trouvant cette danse un peu trop décousue, ont entrepris de la codifier et l'ont baptisée «Jive», d'après le titre de la chanson «You are just jiving».

 

      

 

 

Les caractéristiques essentielles du Jive sont le mouvement prononcé des hanches - caractéristique des danses latines de compétition - ainsi qu'une répartition des mouvements plus syncopée qu'en Rock 'n roll sur des 1 et 2 et des 3 et 4 des temps.

 Il s'agit plus de gymnastique artistique avec beaucoup de pas jetés «kick» que de danse sociale ou populaire, l'objectif étant de plaire aux spectateurs.

 

Baptiste Giabiconi et Fauve Hautot.jpg

 

Jive de Baptiste Giabiconi et Fauve Hautot 

 

   

 

La cinquième des cinq danses latines en compétition de danse sportive, le Jive, y tient la place correspondant au rock 'n roll en danse de salon.

 Généralement très appréciée des compétiteurs, cette danse leur demande toutefois une énergie particulière, dans la mesure où, dansée sur un rythme rapide et reposant sur des jeux de jambes assez fatigants, elle clôture généralement les compétitions de danses latines.

 

 

 

 


 

 

 

 

 


08/12/2010
0 Poster un commentaire

Boogie Woogie

 

Le Boogie est une danse du courant Swing (comme le Lindy-hop, le West Coast Swing, le rock,  le jive etc.) Il se danse essentiellement sur du Boogie Woogie  (d'où le nom).

Le style du boogie est à cheval entre le rock 'n roll (pas de base en 6 temps) et le lindy hop (aspect swingué et interprétation).

 

    

 

La posture est très importante car elle permet :

  • le guidage
  • d'avoir LE style boogie

La position est :

  • poids ducorp sur les pointes des pieds 
  • jambes  fléchies
  • dos cambré avec le bassin légèrement "poussé derrière".
  • le cadre bras droit-buste-bras gauche doit rester tenu tout au long de la danse
  • la connexion se fait essentiellement par la main gauche du partenaire tenant, avec la main en cuillère, la main de la danseuse
  • les avant-bras sont dans le prolongement l'un de l'autre

Le boogie en compétition se danse sur deux rytmes de musiques :

  • Lent : 30-32 mpm. L'interprétation est très swinguée, douce, langoureuse, en matérialisant le bang, proche du lindy.
  • Rapide : 48-52 mpm. L'interprétation est la plus dynamique possible, en étant le plus propre possible sur les passes. Le jeu de jambes doit rester vif en net tout au long de la danse.

William Mauvais et Maeva Truntzer champion du monde de Boogie Woogie

 

 

La difficulté de la danse réside surtout dans la propreté du geste : un pas de base précis, un guidage propre.

 

 

artimage_448863_3190915_201101305513757.gif


20/08/2013
0 Poster un commentaire

Rock 'n roll 4 temps

Le rock 'n roll 4 temps est née en 1956. 

Les temps sont marqués par les mouvements de bras depuis les années 1970 car avant il était exclusivement en pas. La rythmique est donnée par les bras un, deux, trois et quatre.

  

Dansé par un danseur débutant ou intermédiaire, il peut sembler plus saccadé ou statique que le rock à 6 temps  du fait d'une rythmique des bras approximative. Mais dansé par un danseur plus expérimenté, les mouvements sont fluides et rapides. Contrairement au rock 6 temps, l'absence de règles de déplacement permet au couple de personnaliser son style.

Le rock à quatre temps a l'avantage de se danser sur du rock traditionnel mais aussi sur de la musique actuelle. Il peut être mis parfois des ajouts de rock acrobatique.

 



 

 

 


20/08/2013
0 Poster un commentaire

Le rock'n roll 6 temps

 

 

L' origine du rock 'n roll est le Lindy Hop, le Jitterbug, le swing 6 temps appelé aujourd'hui Rock à 6 temps

Le danseur guide sa partenaire par la position de ses mains, quelques impulsions et quelques indications visuelles.. Les figures sont indénombrables et chaque danseur connaît un nombre de passes plus ou moins important selon son niveau. C'est le cavalier qui guide la danseuse et décide des passes à réaliser. 

Les temps sont marqués par des pas précis. C'est la présence de pas qui permet d'obtenir la force nécessaire à l'exécution de rotation rapides, tout en gardant les membres supérieurs souples.

Le terme « six temps » correspond à six temps musicaux mais comporte huit appuis. En effet, les appuis se comptent ainsi : « un, deux, trois et quatre, cinq et six ». Chaque mot (y compris les deux « et ») correspondent à un appui.  

 

Parmi ces 6 temps, les deux premiers sont traditionnellement utilisés comme amorce. Le léger recul simultané du couple va créer dans la connexion une tension créant un effet ressort permettant l'exécution des figures. Les quatre temps suivants (3 et 4, 5 et 6) sont les temps utilisés pour le déplacement de la cavalière. Bien que la plupart des passes se fassent en 6 temps, il est possible de combiner certaines passes afin d'obtenir des passes de 8, 10, voire 12 temps.

 

La danse se fait sur une droite imaginaire (ligne de danse) décrite par la cavalière, et les danseurs, sauf exception, s'écartent peu de cette « ligne de danse », afin de ne pas gêner les autres danseurs. 

 

Le rock 'n roll 6 temps est le rock le plus dansé en France mais le Jive commence à se développer.

 



20/08/2013
1 Poster un commentaire

Lindy Hop

lhop-bw.gif

 

Le Lindy Hop (ou Jitterbug) est une danse de rue qui s'est développée dans la communauté noire-américaine de Harlem de New York vers la fin des années 1920, en parallèle avec le jazz et plus particulièrement le swing.

Le Lindy Hop est un mélange de plusieurs danses provenant des quatre coins des Etats Unis à partir des année 1900 , principalement le charleston, le breakaway et le collegiate. Le Lindy Hop utilise les mouvements improvisés des danses africaines avec la discipline de la structure en 6 et 8 temps des danses européennes. Le Lindy Hop est un mélange de danse en couple et séparée, venant de ses origines métissées.

 

new-york-1920s-lindy-hop.jpg

 

L.e Lindy Hop apparaît pour la première fois à Paris en juin-juillet 1937 dans "the Cotton Club Revue" avec l'orchestre de Teddy Hill;

 

wcs-001.jpg   dancers.jpg

On danse le lindy hop d'une manière très exubérante voire parfois délurée avec des jetés charleston, des petites acrobaties défiant les lois de la gravité ; le tout en maintenant une souplesse constante dans les genoux.  

Le Lindy est une danse riche et diversifiée, il se danse sur des musiques Swing aussi bien sur des rythmes lents que des rythmes extraordinairement rapides.

Le Lindy Hop est l'ancêtre du rock'n Roll qui s'en rapproche par le style musical et le pas de base. Cependant, là où le rythme du rock est plus carré, le lindy se rapproche du Boogie Woogie avec un style « swingué », arrondi.

 

lindyhop-blues-dancing1.png

 

Le Lindy Hop met l'accent sur la communication entre partenaires, le mouvement qui a pour conséquence la "connexion", sensation de tension musculaire entre le danseur et la danseuse. La connexion permet au cavalier de faire effectuer à la cavalière diverses variations, modifications des pas de la danseuse ou de ses déplacements. 

 

main-good.gif

 

 

 

 

 

    


01/08/2013
0 Poster un commentaire

Le charleston

 

  

        e1d8a8d5.gif        

 

Le charleston est une danse qui s'est popularisée aux États-Unis dans les années 1920.

Créé dans les années 1900 dans le sud des États-Unis, il prit son essor dans le quartier de Harlem à New York. Cette danse s'inspire du morceau Charleston composé par le pianiste de Harlem James P. Johnson. Elle s'est imposée aux États-Unis avec la comédie musicale Runnin' Wild (1923) et en France avec Joséphine Baker à partir du milieu des années 1920.

Le charleston se danse en solo, à deux ou en groupe, sur les rythmes endiablés du jazz hot. Il est fondé sur des déplacements du poids du corps d'une jambe à l'autre, pieds tournés vers l'intérieur et genoux légèrement fléchis.

 


Charleston avec M.Pokora et Katrina Patchett 

 

Le Black bottom est une variante de cette danse possédant la même rythmique binaire et syncopée que le charleston. Un des pas favoris de cette danse consiste à faire des pas sautillés en avant et en arrière (Boogie).

Le charleston, et en particulier le collegiate charleston, est le précurseur direct du lindy hop et du jazz roots (danses des années swing nées à Harlem dans les années 1930 dansées respectivement en couple et en solo / groupe).

Aujourd'hui, les danseurs de hip-hop ou de deep house, reprennent bon nombre de pas de cette danse.

 

 

 

  

 

  

 

 


29/07/2013
0 Poster un commentaire

West Coast Swing : la danse en couple du moment !

 

 

 

 Le West Coast Swing est actuellement en plein développement en France. C'est une danse très recherchée par les jeunes et par les couples de danseurs voulant apprendre un autre style pour pouvoir danser en couple sur des musiques actuelles et dans tous les types de soirées.

  

Le West Coast Swing se danse sur de nombreux styles musicaux : Blues, Jazz, RnB, Disco, Pop, Danse floor, Funk, Dance, Country...Ce qui la rend dansable vraiment partout !

 

Pour certains, le visuel du WCS rappelle le rock, pour d'autres, il rappelle la salsa ou encore la rumba. En effet, on peut y trouver quelques similitudes, notamment au niveau de certaines passes. À noter que le rock est une lointaine évolution des danses swing, et n'est pas dansé aux États-Unis pour la simple raison que c'est une danse française. Le West Coast Swing est en fait une danse de couple de style swing, issue du Lindy Hop.

 

Le West Coast Swing est considéré comme une danse technique, parfois difficile (surtout au début). Mais, passé la première période d'apprentissage, elle se révèle extrêmement agréable à danser. Elle est caractérisée par des mouvements très élastiques des partenaires, que ce soit individuellement ou bien l'un par rapport à l'autre.

 

Jusqu'au début des années 1990, le West Coast Swing se dansait sur du swing. Souvent des blues plus ou moins rapides interprétés entre la danse de salon, le lindy-hop et le boogie-woogie.

Mais en 1996, un nouveau courant se fait sentir, en commençant à intégrer des rythmes funky et des musiques très actuelles qui vont faire décoller la pratique de cette danse dans le monde entier.

  Il existe actuellement 2 interprétations du West Coast Swing :

  • Ternaire : style classique. Pour danser sur des musiques « swing » (notamment le blues). Cette forme restera toujours la base du west coast swing (d'un point de vue technique), très adaptée aux mouvements coulés et sensuels.
  • Binaire : style funky. Pour danser sur des musiques… binaires (rock, funk, R’n’B…). Cette forme est dans les faits une légère adaptation du style classique. Visuellement, ce style est plus énergique et plus explosif.

Plus généralement, cette danse se fait surtout sur des tempo lents  et sur des musiques très variées : de Fever (Peggy Lee) à Poker Face (Lady Gaga) en passant par I feel good ! (James Brown) ou bien "Beat it" (Michael Jackson), toutes les époques sont représentées des courants Blues, Funk, RnB, Pop, dance floor...

 

Jordan Freesbee & Tatiana Mollmann.

 

 

 

 

 

 

 

Les bases du West Coast Swing

 

En West Coast Swing, comme dans toutes les autres danses, il y a plusieurs mouvements de base qui sont caractéristiques de la danse :

  • La connexion

La connexion est le terme désignant l'attitude à avoir pour transmettre ou recevoir toutes les informations de guidage. En west coast, la connexion s'effectue en général avec la main gauche du cavalier tenant la main droite de la cavalière. En s’écartant, en reculant l’un par rapport à l’autre, le couple créé une légère tension.

  • Le cadre

Notion très importante en danse swing, le cadre correspond à l'ensemble formé par le buste et les bras. Les cadres des deux danseurs doivent être fixes, tout mouvement parasite (d'un bras qui se rapproche du corps, d'une ondulation quelconque) empêche le guidage donné par la main de se transmettre au jambes.

  • Le guidage

Le guidage en West Coast Swing est "ponctuel". Exemple : si le danseur veut faire avancer sa cavalière, une petite traction (ponctuelle) va la faire démarrer et, tant que le cavalier n'aura fait de mouvement pour l'arrêter, elle continuera à avancer.

  • Le "Stretch"

Notion capitale en West Coast Swing, c'est la connexion élastique entre les deux danseurs qui s'effectue en général sur le "et 1" de la musique. Un bon stretch est à la fois souple pour être agréable et ferme pour être compris par la danseuse.

  • Le "Slot" ou la "ligne de danse"

Le slot est la ligne de danse théorique de la fille, c'est-à-dire une ligne virtuelle sur laquelle la cavalière va se déplacer pendant toute la danse.

 

En West Coast Swing, l'interprétation est très ancrée dans l'esprit de la danse. Interpréter ne signifie pas "faire n'importe quoi", il existe en effet plusieurs techniques pour interpréter la musique :

 

  • L'interprétation non guidée : C'est une interprétation que fait un des danseurs selon sa propre écoute musicale. Que ce soit des jeux de bras, de corps ou de jambes, il ne doit y à voir aucune perturbation sur la connexion avec son partenaire ainsi que sur le guidage.
  • L'interprétation guidée : Elle concerne le cavalier. Le but est de guider une interprétation simple à sa partenaire  en utilisant la connexion. Le guidage d'une interprétation ne peut se faire que lorsque le guidage est "propre", c'est-à-dire sans parasite. L'interprétation guidée, de par sa finesse est souvent abordée après quelques années de danse.
  • L'invitation franche : L'invitation franche est une passe simple  effectuée très clairement par le cavalier, avec un guidage extrêmement léger et en ayant pour but de signifier à sa partenaire qu'il se tient prêt à ce qu'elle fasse une interprétation personnelle assez complexe. Ces éléments réunis, la partenaire "sait" que le cavalier ne va rien faire de compliqué, elle peut alors librement faire une interprétation mêlant jeux de jambes, de corps... voire en réajustant la position de la main du garçon ou en recherchant une connexion particulière. Le cavalier ayant indiqué dès le début qu'il était à l'écoute ne sera donc pas perturbé (et rien ne l'empêche également d'en profiter pour caser une légère interprétation non guidée). À partir d'un certain niveau, les bonnes cavalières recherchent beaucoup ce guidage qui leur laisse la possibilité de s'exprimer, contrairement à d'autres danses de société où la fille ne fait que "suivre" son partenaire.
  • L'invitation généralisée : C'est tout simplement l'extension de l'invitation franche à toutes les passes de la danse. Le cavalier se met alors à l'écoute permanente de sa partenaire, avec un guidage souple et très clair. Arrivé à ce niveau, le but de la danse n'est plus d'enchainer des passes plus compliquées les unes que les autres, mais de créer un véritable dialogue au sein du couple. Lorsque deux très bons danseurs se rencontrent, cette communication crée alors une alchimie donnant l'effet d'une symbiose parfaite. 

 Qui dit répertoire musical varié dit grande possibilité d'interprétation et d'improvisation . Non seulement l'improvisation et la spontanéité sont effectivement encouragées mais ils sont devenus des ingrédients indispensables.  

Il faut essayer juste d'écouter la musique et de l'interpréter. 

Qui dit interprétation musicale dit grande liberté d'action pour danser . Avec un rôle très actif de la danseuse. 

Le wcs est donc une danse libre où l'un et l'autre tenteront de s'exprimer sans pour autant gêner l'autre dans l'exécution de la figure.

C'est un partenariat 50/50 avant tout ! Une association où le couple sera valorisé par une écoute de la musique et de son partenaire;

Regardez les vidéos pour découvrir cette nouvelle danse très en vogue parmi les jeunes danseurs !

 

 


   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 


23/11/2012
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser